close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Mama Helvetica

Adina Secretan (CH)

artiste associé – création
août
2017


ouvert tous les jours de 10:30 à 18:30 | accès libre
12:30 repas, prix libre
17:00 à 18:00 carte blanche aux hôtes-invités*

Dans le canton de Vaud, plusieurs lieux d’accueil de jour destinés aux personnes requérantes d’asile s’appellent mystérieusement Mama Africa. Il y fait chaud, il y a des canapés, parfois quelques jeux, beaucoup de temps morts, et pas mal d’invisibilité. Durant tout le festival, à quelques pas du Mama Africa nyonnais, s’ouvre un lieu éphémère où aucun papier, ni ticket d’entrée ne sont requis. Son nom : Mama Helvetica. Toute personne qui en franchit le seuil devient hôte et invitée, pour une minute ou pour la journée. On ne sait plus forcément qui accueille qui exactement. Tous les midis un repas est préparé et ouvert à toutes et tous. Les fins d’après-midi, des hôtes-invités ont carte blanche pour des échanges de pratique, des présentations ou des workshops en lien avec leur démarche. Mama Helvetica se veut être un lieu pour parler, faire, tester, échanger et parfois, aussi, tuer le temps ensemble. Un lieu qui se modèle au jour le jour pour donner place à une question simple : comment être un bon hôte, comment être un bon invité?

Programme par jour : 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 août
Programme complet :  pdf

*Les hôtes-invités sont : Caractères Mobiles, Mil M2, Jessica Huber et James Leadbitter, Anna Rispoli, Ant Hampton, Britt Hatzius, Mazyar Zarandar… et d’autres encore


conception et équipe permanente: La Section Lopez et ami-e-s / production: La Section Lopez, far° Nyon / soutien: État de Vaud


Artiste associée
Adina Secretan est l’artiste associée du far° pour les années 2017-2018. Le but de ce compagnonnage est d’élaborer de nouveaux outils de recherche et d’offrir une plus grande visibilité au travail de l’artiste. Ce programme comprend un suivi par l’équipe du far°, un encadrement théorique sous forme de mentoring et des rencontres organisées avec des chercheurs, des scientifiques ou des spécialistes de disciplines diverses.

À la fois chorégraphe, metteure en scène, danseuse et dramaturge, Adina Secretan a déjà une riche expérience des arts scéniques. Elle évoque cependant un moment de bascule dans son parcours, qui lui a semblé être idéal pour intégrer le programme proposé par le far°. Bénéficiant aujourd’hui d’une reconnaissance nationale et internationale qui lui permet de faire tourner ses spectacles, il s’agit alors aussi d’adopter un rythme de production propre à une culture des arts performatifs. Au fait des avantages et des pièges d’une telle «culture», elle considère le compagnonnage comme un antidote, un espace capable de lui donner «la possibilité de sortir d’une économie de la production, pour entrer davantage dans une écologie de la création», comme elle aime à le dire. C’est en effet une forme ouverte qui se réinvente à chaque fois avec l’artiste, un champ de recherche à construire en commun.

Avec Mama Helvetica, elle souhaite inscrire la première année de ce compagnonnage dans la continuité de l’installation performative Black Buvette, présentée au festival l’an dernier. Impliquant des personnes qui requièrent l’asile, ce projet détournait avec humour l’interdiction de travailler, le travail au noir. Ces deux créations dénotent clairement la recherche que développe l’artiste autour du lieu comme geste créatif ainsi que les questions sous-jacentes. Qui a droit à quel(s) espace(s)? Qu'est-ce qu'un espace appropriable, et par qui? Qu'est ce que la «participation» dans un cadre urbanistique?

repères biographiques : Formée en philosophie, littérature et danse à Genève et Lausanne, Adina Secretan travaille en Suisse et ailleurs comme chorégraphe, metteure en scène, danseuse, dramaturge. Elle a été assistante de recherche, a publié des articles pour des revues de philosophie, littérature ou arts scéniques, et a également été responsable pédagogique pour le CAS en animation et médiation théâtrale, à la Manufacture (Lausanne). En 2012, elle intègre le réseau international d’artistes Sweet&Tender, basé sur des principes d’échanges de compétences et d’autogestion.