close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Listen to the brass night

Massimo Furlan (CH)

création
août
2014

120’ env.

En 2004, Massimo Furlan créait au far° Girls change places, un parcours nocturne en train qui rendait hommage à Patrick Juvet pour sa prestation à l’Eurovision de 1973: "?Je voulais, par ce projet, comme après un chemin de croix, le retrouver, splendide, pathétique, au milieu de rien, au dernier arrêt du train, en pleine nuit, dans une petite gare de campagne"?. Dix ans après, il ne s’agit pas de réitérer l’admiration pour le chanteur, mais plutôt de réinvestir cet espace-temps propice à la rêverie que génère un trajet en train. Dans ce long travelling, le paysage devient spectacle auquel s’invite, par petites touches, la musique d’une fanfare. Il n’en faut guère plus au metteur en scène pour avoir imaginé une virée hallucinée et onirique au bout de la nuit.

conception: Massimo Furlan / musique: Fanfare Municipale de Mont-sur-Rolle, direction: Albin de Miéville / lumière: Daniel Demont / production: Massimo Furlan / Numéro 23Prod, far° Nyon

repères biographiques : Massimo Furlan travaille souvent à partir de ses souvenirs d’enfance: il part de son histoire personnelle – enfant d’origine italienne né en Suisse au milieu des années 60, pour toucher à la mémoire collective, à celle de toute une génération, en mettant en place des propositions scéniques et visuelles qui mêlent burlesque et philosophie, poétique et esthétique populaire. Il revient sur des modèles, des rêves, des anecdotes vécues dans son enfance et son adolescence, qui l’ont particulièrement marqués et dont l’intensité particulière provoque aujourd’hui encore la surprise, ainsi qu’une certaine jubilation. Il s’engage dans le champ de la performance, comme lorsqu’il rejoue seul et sans ballon des parties mythiques de l’histoire du football dans des stades, ou lorsqu’il incarne tous les concurrents de l’édition 1973 du concours Eurovision de la chanson. Dans ses projets scéniques il invite sur scène danseurs et autres interprètes pour réaliser ce qu’il nomme les images longues, plans séquences proches du cinéma et de l’installation. Il invente également des protocoles et des dispositifs de paroles singuliers, dans le cadre de projets in situ comme Madre, Blue tired Heroes ou Les Héros de la pensée.